mercredi 5 octobre 2011

Jules Guichard, sénateur de l'Yonne

En me promenant hier dans le cimetière de Sens (Yonne), j'ai découvert le tombeau de Jules Guichard. Devant l'originalité de la construction j'ai cherché à savoir qui était cet homme.


Jules Guichard (source Senat.fr)

Né le 10 décembre 1827 à Soucy (Yonne), Jules Guichard (1) fut sénateur de l'Yonne de 1885 à 1896.
Propriétaire, il fut élu le 23 août 1885, sénateur de l'Yonne, par 512 voix sur 894 votants, contre 369 à M. Bonnerot, radical, en remplacement de M. Rivière, décédé. Républicain opportuniste, M. Jules Guichard prit place à la gauche modérée du Sénat, et vota pour les crédits du Tonkin, pour les ministères Rouvier et Tirard, pour la nouvelle loi militaire, etc. Il prit part (1886) à la discussion de la proposition de loi de M. Labitte sur la chasse, fut rapporteur (1887) du projet de loi concernant le traité de commerce franco-italien, parla (1888) sur le budget de l'agriculture, etc. En dernier lieu. M. Guichard s'est prononcé : pour le rétablissement du scrutin d'arrondissement (13 février 1889), pour le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse, pour la procédure à suivre devant le Sénat contre le général Boulanger. (2)







Il fut président de la Compagnie du Canal de Suez de décembre 1894 à juillet 1896 après la démission de son partenaire, Ferdinand de Lesseps. (3)

Il décède le 17 juillet 1896, à l'âge de 69 ans, dans sa propriété de Forges (Seine-et-Marne)

L'Avenir de l'Yonne annonce « la mort de l'honorable et estimé Jules Guichard. En 1861, il fut appelé en Égypte aux modiques appointements de 1.800 francs. Sénateur il fut inscrit aux deux groupes de la Gauche républicaine et de l'union républicaine. Il s'intéressait alors particulièrement aux questions d'affaires et portait surtout un vif intérêt à tout ce qui touchait à l'agriculture. Dans toutes les fonctions qu'il a occupées il a fait preuve d'une haute probité et a laissé partout le souvenir d'un travailleur infatigable et d'un homme affable et bienveillant. Possesseur d'une grande fortune il a su en faire un noble usage. Innombrables furent les malheureux qu'il a soulagés. Le département de l'Yonne et les pauvres de l'arrondissement de Sens perdent en lui un généreux soutien. C'est un homme de bien qui disparaît. Les obsèques auront lieu le dimanche 19 juillet à Sens. Le corps sera transporté par route de Forges à Sens. On se réunira à 1 h ¾ à l'entrée de la ville, rue Victor Guichard ».
Le même journal, relatent les obsèques le mercredi suivant : « A 8 h eut lieu la levée du corps à Forges, village situé à 38 km de Sens, en présence de tout le personnel du château et de la ferme, de tous les habitants du village et de toute la famille. Prirent place dans les voitures : Mr et Mme Pérouse, Mr et Mme Robert Guichard et leurs enfants, Mr et Mme Dépret, petits enfants du défunt et Mr Joseph Arnaud Guichard. Mme Jules Guichard très souffrante et très accablée était restée à Forges avec Mme Arnaud Guichard qui lui prodiguait des soins. A 1 h 3/4 le convoi s'arrêtait à l'entrée de la rue Victor Guichard où l'attendaient les représentants officiels du gouvernement, les différents corps constitués, etc. Pendant que le cercueil est placé dans le corbillard, les honneurs militaires sont rendus par un piquet du 89ème de ligne sous les ordres d'un lieutenant. Les soldats présentent les armes. Tambours et clairons sonnent et battent aux champs. Les cordons du poêle sont tenus par : Mr Chadenier, préfet de l'Yonne, le général Stokes, vice président du Conseil de Suez, Mr Flandin député de l'Yonne, Mr le prince d'Arenberg député et membre du Conseil d'administration de Suez, Mr Fontaine, conseiller général et Mr Perrin ami du défunt.
En tête viennent les tambours, les clairons et la fanfare des pompiers, l'Harmonie municipale, l'Orphéon, les trompes de chasse, la Sté de Gymnastique, une délégation de la compagnie des sapeurs pompiers, des élèves des écoles communales de garçons et de filles et de l'orphelinat Bellocier. Devant le corbillard, une voiture traînée par deux chevaux disparaît sous de magnifiques couronnes de fleurs naturelles offertes par Suez, Worms, la Cie napolitaine de gaz et la Cie parisienne de gaz (4). Puis portées à bras les couronnes locales. Le char funèbre est couvert de fleurs dont une partie vient des jardins de Jouancy. Immédiatement après viennent le ministre du culte réformé et le pasteur de Sens. Puis la famille, puis les officiels (dont Mr Bézinne député, Lucien Cornet, ses adjoints et des membres du Conseil municipal de Sens, les maires de Soucy et de la Chapelle sur Oreuse ).
Le cortège officiel, suivi par deux voitures de deuil où se trouvaient Mmes Robert Guichard et Pérouse, a gagné le cimetière par la rue Victor Guichard, l'Esplanade, le boulevard du mail et la rue de Bellenave, au milieu d'une foule respectueuse et recueillie. Les réverbères allumés étaient voilés de crêpe. Neuf discours furent prononcés : du Préfet de l'Yonne, du député Flandin, du général John Stokes, de Mr de Rouville, de Mr le directeur d'un orphelinat de la Seine, de Lucien Cornet, au nom des pauvres et des institutions de bienfaisance de Sens, de Jules Guenier, président de la Société d'agriculture de l'Yonne, de Mr Jouffroy, président de la bibliothèque populaire de Sens, et enfin de Mr Perrin, comme ami et comme président de la société de tir de Sens. Le général Stokes « au nom du Conseil d'administration et aussi au nom de sa Majesté britannique la Reine Victoria » a tenu et a rappelé « qu'en Angleterre, non moins qu'en France, Mr Guichard était grandement estimé ». Mr Jouffroy a rappelé de son coté que la Bibliothèque populaire de Sens fondée en 1872 avait été encouragée et soutenue par les dons et la protection de Victor Guichard, et que Jules avait continué la tradition paternelle et accepté de devenir son Président d'honneur. (5)

Jules Guichard résida durant onze ans à l'isthme de Suez, alors qu'il était chargé de la mise en valeur de la partie du désert bordant le canal. De cette période, il garda une profonde passion pour l'Egypte. 

copyright LGdA

copyright LGdA

copyright LGdA

 
(2) Senat.fr :  Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Robert et Cougny (1889)
(3) Suez Canal Authority : Historique du canal de Suez (en)
(4) Parallèlement à son activité parlementaire, il devient, en sa qualité de neveu et héritier de V. Dubochet, l'un des fondateurs de la Compagnie parisienne du gaz. (Senat.fr)
(5) Commune de Soucy (Site)

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire