lundi 3 septembre 2012

Quel type de généalogiste êtes-vous ?

Source : Brent Holloman

Sous l'impulsion de Maïwenn, du blog D'Aïeux et d'Ailleurs, nous avions été plusieurs généa-blogueurs à faire une thérapie de groupe et révéler quel généalogiste nous étions dans notre pratique quotidienne (1)
Lorsque j'échange avec d'autres généalogistes, je réalise que non seulement la pratique diffère d'un individu à l'autre mais aussi l'approche, la façon de vivre la généalogie.
Bien que je ne sois pas pour catégoriser les gens, j'ai trouvé à ce sujet l'article de Lorinne McGinnis intéressant (2).
Je vous propose aujourd'hui de découvrir quel type de généalogiste vous êtes; le détective ? le collectionneur ou encore l'historien ? 


Lorinne propose huit catégories :

- Le chasseur / détective : ce qui le motive c'est la recherche, que ce soit pour lui ou pour les autres. Il peut mettre de côté ses propres recherches pour résoudre l'épine généalogique d'une autre personne.

- Le collecteur / collectionneur d'ancêtres : il aime regarder ses ancêtres sur un arbre généalogique, de préférence si quelqu'un d'autre l'a fait. La recherche l'intéresse peu, ce qui compte ce sont les ancêtres.

- Le chercheur d'ancêtres : il aime faire les recherches, trouver l'ancêtre improbable. Mais il ne le fait que pour sa lignée.

- Le thésauriseur : il fait les recherches, trouve beaucoup d'informations mais ne les partage pas.

- L'éboueur (3) : il récupère tout ce qu'il trouve, fusionne tous les arbres avec le sien sans jamais rien vérifier.

- L'érudit : il vit par et pour les sources. L'exactitude est le but de ses recherches. Il révise sans cesse ses documents pour les actualiser.

- L'analyste : il analyse toute nouvelle information avant de passer à l'étape suivante. Il est critique face à une information; il l'analyse et la décortique pour savoir si elle peut révéler autre chose.

- Le planificateur : il tient scrupuleusement son journal de recherches, planifie ses recherches et suit ce plan. Il est très organisé.

Je suis un mélange de quatre types, dans l'ordre : le détective, le planificateur, l'analyste et l'érudit. 
Je ne vis pas que pour les sources mais j'aime que les informations soient précises et vérifiables. Je suis définitivement un détective; plus le cas est compliqué plus il me plaît.
Quant à l'analyste et le planificateur, si vous suivez le blog régulièrement, ceci ne vous étonnera pas !


Et vous ? Quel type de généalogiste êtes-vous ?

Edit du 5 septembre : François Frémeau a répondu à cet article sur son blog Le Nuage : "Quel type de généalogiste êtes-vous ?", posté le 4 septembre 2012.


(2) What type of genealogist are you ? Lorinne McGinnis, consulté le 3 septembre 2012 à l'adresse http://olivetreegenealogy.blogspot.fr/2012/08/what-type-of-genealogist-are-you.html
(3) Le terme "éboueur" peut vous sembler fort. Lorinne l'emploie à escient car elle ne supporte pas cette catégorie

27 commentaires :

Probablement que l'on est tous, un peu de tout cela.., au gré des humeurs et des circonstances !

Se ranger dans un tiroir, n'est pas simplement un jugement mais également une condamnation, non? ;OP

On peut cumuler docteur?;)
Moi je suis surtout chasseur détective, j'adore trouver le maillon manquant et je fais même la généalogie de les collèges et amis. Je suis érudit car j'aime bien être sur de mes sources mais ce n'est pas qualité premiere comme analyste.
Par contre je travaille sur moi dans l'organisation et la planification.
Cumuler simplement des ancêtres ne m'intéresse pas; j'aime bien connaître les lieux, l'histoire , leurs conditions de vie.
Entre généalogistes, on se complète :-)

@EW : Je le précise dans l'introduction, je ne suis pas non plus pour catégoriser. Néanmoins il est intéressant de savoir où l'on se situe pour connaître nos points forts et nos points faibles. Et comme le dit si bien Benoît "Entre généalogistes on se complète".

@Benoît : Tu peux cumuler ! Tu sais bien que nous sommes vus par certains comme de grands malades, donc autant cumuler les symptômes !

Tout comme toi, de cet ensemble de catégories, j'en ressors mes points forts et mes points faibles pour mieux travailler ces derniers et faire partager les premiers.

Tu as raison lorsque que tu dis "Entre généalogistes on se complète"

Pareil, je suis plusieurs profils à la fois, peut-être même un peu tous selon les moments.

Mais plus particulièrement :
- chasseur / détective : j'aime bien démêler des épines, mais je préfère tout de même qu'elle concerne mon ascendance. Ce qui m'amène au type suivant.
- chercheur d'ancêtre : c'est tellement long une généalogie, que, honnêtement, je n'ai pas trop le temps de me pencher sur celle des autres :)
- analyste : ma hantise ? remonter une branche erronée, alors j'essaie au mieux de vérifier les infos.
- planificateur : je suis de nature désordonné, alors je tente au mieux de m'organiser pour ne pas me perdre dans mon arbre !
- érudit : c'est une façon d'être qui devrait nous accompagner avec constance dans nos recherches généalogiques, s'assurer de l'exactitude des sources. Mais ne vivre que pour cela, comme ce serait triste.

@Raphaël : Chasseur-cueilleur et certainement Homo Habilis pour la résolution des enquêtes ;-)

Si un objet devait définir le généalogiste, je dirai le couteau suisse. D'une nature simple, nous avons plusieurs cordes à notre arc.

Je pense être particulièrement détective dans l'âme !
Après avoir déménager loin de mes AD76 préférées, il a fallu que je trouve un dérivatif à ma généalogie d'où la création des 2 bases de données. Il faut que je cherche ... et que je partage !

J'ai aussi le caractère du chercheur d'ancêtre bien sûr et celui d'analyste, enfin j'essaie :)

@Valérie : Tu cherches, tu détectes et bientôt tu analyseras : à quand la résolution d'affaires criminelles non résolues ;-) ?

je ne sais pas dans quelles catégories me ranger !!!
-Je cherche en premier pour moi,mais parfois je remonte quelques générations(jusqu'aux début du XIXè)pour d'autres ou rien que pour moi car je suis curieuse....
-je relève mes ancêtres un peu au km,je suis loin de mes 3AD principales donc pas facile d'avoir contrats de X et testaments(hélas!)...mais je me dis que j'aurai bien avancé le travail pour ma descendance....
-J'essaie lorsque je suis bloquée de trouver des pistes "ailleurs"mais je vérifie TOUT....
-Quand à l'organisation je ne suis pas vraiment au top....
Et pour conclure j'aime le partage,et le fait de m'être plongée dans ma généalogie,je me suis remise à l'Histoire!

@Anonyme : n'ayez crainte ce n'est pas grave ! Nous sommes beaucoup dans votre cas. Le plaisir vient de ce mélange et n'oubliez pas que nous sommes tous complémentaires ;-)

je ne suis pas sure de ce que je suis, mais je ne suis sure que je ne suis pas planificateur, pour mon grand malheur. Pourtant j'essaie, j'ai meme créé de jolis dossiers avec Evernote, que j'omets de mettre à jour :(
Mais je me soigne

@Brigitte : restez à l'écoute de La Gazette. Lundi prochain je vous aiderai à trouver le remède ^_^

Il est notoire, le généalogiste est un grand malade mais il parait que cela se soigne... :P

Je n'arrive absolument pas à me situer, tout me correspond si bien.
Je n'aime pas la rigueur, elle m'enferme et pourtant je la pratique souvent.., je dois être maso. Je me sens complètement détective mais je n'aime pas chercher, seulement trouver. J'analyse les étapes et puis hop, je laisse tout tomber pour suivre une piste à l’instinct.., bref du négligé étudié!

Le pire c'est que je trouve avec toutes ces méthodes et même sans méthode, les réponses parfois tombent toutes seules dans la boite mail !

Je lève les bras, je baisse les bras mais j'avance et c'est déjà bien ;)

Je m'éparpille et je me rassemble-lol

Je n'aime pas me prendre au sérieux, parfois la généalogie est un plaisir, parfois une galère indépendamment de la méthode utilisée.

J'aime l'odeur des vieux papiers, le silence des salles des lectures, l'émotion que l'on ressent, la connaissance du passé que l'on acquiert et les questions philosophiques, politiques qui ne manquent pas de s'imposer (aucun rapport avec un supposé "au delà" )...

Finalement, je l'aime bien ce questionnaire sous forme de miroir ;)

@+

J'ai lu les différents commentaires, et je me retrouve complétement dans la description de Raphael@des racines.

Ma catégorie dominante sera le détective. Ce qui m'interesse fondamentalement, c'est la recherche. Et ce qui est génial avec la généalogie, c'est que tu as l'assurance qu'elle ne s'arrêtera jamais.
Mais comme Raphael, les recherches sont tellement vastes que je me limite à l'ascendance. (mais qui sait dans 20 ou 30 ans si je ne me lancerais pas à la recherche de tous les cousins d'un couple particulier de mon arbre).

Je n'aime pas dire que je suis érudit car quand je parcours les forums et que je vois la masse d'information que maitrise les colistiers, je suis effaré de mon incompétence et de ma méconnaissance.
Par contre, j'aime tenter de m'organiser et ayant aussi la trouille folle de m'apercevoir que j'ai passé des heures à remonter une branche alors que le couple de base n'était pas le bon, je cherche vraiment à creuser mes sources.

Par contre, il y a une catégorie que je ne pense pas être, c'est bien celle du thésauriseur. Ce que j'ai trouvé, je le partage. Si ce sont des informations que l'on m'a donné, après accord, je le partage aussi.
J'ai tellement bénéficié du travail des autres (que je vérifie tout de même...et oui, la trouille, je vous dis) que je n'imagine pas garder mon arbre dans mon coin.

@EW : en parlant de miroir, je vais oser une comparaison : la généalogie serait Blanche Neige et nous serions tous ses nains. Nous en connaissons tous au moins un et nous sommes tous un peu de chacun d'eux.

@Jimbo : chacun a ses compétences. Pour l'un ce sera l'histoire locale, pour l'autre ce sera l'informatique, etc. Il n'y a pas de honte à avoir sur ses propres lacunes. Le but étant de s'entourer de personnes désireuses autant de partager que d'apprendre des autres.

"nous serions tous ses nains. Nous en connaissons tous au moins un"

-Un ex-président cousiné avec un actuel, peut faire l'affaire?

40 ans, dont 20 de généalogie, ça fait longtemps que j'ai attrapé ce virus incurable.
J'appartiens comme beaucoup un peu à toutes les catégories :
- chasseur/détective : oh oui ! le plaisir de chercher, de résoudre des problèmes compliqués pour moi ou pour les autres, mais toujours dans une région que je connais et qui m'intéresse (en cherchant pour d'autres je trouve parfois des choses pour moi). Recherche dans les dépôt d'archives au contact des vieux papiers et des gens plutôt que seul derrière son ordi. Recherche orientée vers les documents autres que les traditionnels état civil et registres paroissiaux (prédilection pour le notariat anciens, les vieux chirographes du 16e et 17e siècle, etc...)
- collectionneur d'ancêtres : oui car c'est une base de données nécessaires pour pouvoir ensuite pousser les recherches dans le notariat ancien par exemple, mais base de données basées essentiellement sur mes recherches voire sur celles de personnes que je connais très bien et que je croise régulièrement dans les dépôts d'archives
- chercheur d'ancêtres : oui, toujours avec un intérêt pour les sources autres que EC et RP : contrats de mariage anciens pour débloquer une branche, archives illustrant la vie d'un ancêtre, etc... dans ma branche oui, mais aussi au hasard des découvertes
- thésauriseur : un peu c'est certain, je finis toujours par partager, mais j'ai besoin qu'un échange se créée, de connaître la personne avec qui j'échange. Je partage aussi beaucoup de "données brutes", dépouillements d'actes anciens essentiellement que je publie pour une association généalogique (tout le monde ne lit pas facilement les textes du 16e et 17e siècle), à chacun ensuite de prendre ce qu'il intéresse et d'interpréter les résumés d'actes réalisés
- éboueur ou moine copiste ou copilleur, ce que je ne supporte pas du tout, même si je dois reconnaître qu'il m'arrive de récupérer aussi des données que je ne vérifie pas (tant que je les garde pour moi, si cela mène à une publication, tout est vérifié). Avec le temps, on fait avec tous ces gens qui recopient bêtement tout ce qu'ils trouvent, sans comprendre, sans réfléchir, et qui en une semaine se retrouvent descendants de Charlemagne. Chacun sa façon de faire, mais pour moi, ce n'est pas ça la généalogie.
- érudit, oui par la force des choses, après 20 ans de généalogie, on acquiert de l'expérience, on se spécialise, j'ai mes villages de prédilection, mon intérêt pour la paléographie et les documents anciens notamment et on devient une référence
- analyste : un peu également. Il faut pouvoir prendre du recul, analyser les données, les pièces du puzzle, émettre des théories, des hypothèses, les publier en les expliquant, en les justifiant. Et un jour on trouve un élément qui vient tout remettre en question, et on recommence...
- planificateur : alors là pas du tout, je suis totalement désorganisé, je fais plein de choses à la fois, j'ai toujours plein de choses en route en même temps et toujours plein d'idées de choses que je voudrais faire un jour.

Et bien voilà un article qui suscite pas mal de réactions.
Je suis de l'avis d'EW, je n'aime pas me mettre ou mettre les autres dans des cases car c'est quelque chose de trop restrictif à mon goût même s'il est certain que chaque généalogiste doit avoir son propre style selon qu'il/elle est plus ou moins rigoureux(se), patient(e) ou encore organisé(e)...
De plus, l'exercice d'auto-évaluation est un exercice toujours compliqué qui demande d'avoir beaucoup de recul par rapport à soi-même mais également beaucoup de discernement.
Ceci dit, vu que j'aime bien les paradoxes, je vais tout de même "m'auto-évaluer" histoire de rentrer dans le rang ^^ et je vais me définir comme un chasseur avant tout car ce que j'aime c'est chercher, chercher et encore chercher que ce soit pour moi ou pour quelqu'un d'autre. Et ce que j'aime par dessus tout c'est ce moment, cet instant magique où on tombe sur l'information que l'on recherchait depuis des semaines, des mois voire des années et ce moment est d'autant plus magique qu'il ne dure que quelques secondes car en bon chasseur, cette trouvaille me donne envie d'aller plus loin et je repars donc à la chasse le fusil à la main encore plus motivé !
Ah ben finalement c'était pas si dur de s'auto-évaluer, comme quoi ^^

J'ai répondu sur mon blog !

http://lenuagedeparis.tumblr.com/post/30880535643/quel-type-de-genealogiste-etes-vous

Bon sang mais c'est bien sur ! Chasseur détective !
Lorsque j'y retrouve les miens (enfin surtout ceux de mes enfants) ça m'amuse, mais ça m'importe peu, de racines étrangères, j'ai un grand sens de l'adoption et en la matière je récupère avec le même plaisir l'argenterie et la mauvaise graine !
Merci pour cet article !
Le présent m'accapare un peu en ce moment, mais je vais retrouver le fil du passé !
Amitiés !

@Damien : l'expérience nous fait découvrir plusieurs facettes et selon le sujet nous serons un peu plus l'un que l'autre. D'après votre témoignage, je ne vous vois pas comme un éboueur, vous ne faites pas partie de ceux qui récoltent tout et n'importe quoi pour le rattacher à votre arbre. Vous profitez de l'occasion, pour ensuite la traiter (vérification avant partage).
Vous n'êtes pas planificateur, je ne vais pas vous blâmer, tant que vous arrivez à mener vos recherches et à vous y retrouver. Néanmoins, si vous souhaitez vous perfectionnez, suivez La Gazette ;-)

@Gregory : un généalogiste ne devrait pas avoir de mal à s'auto-évaluer. Vous dites qu'il faut un certain recul, mais notre activité ne nous pousse-t-elle pas à prendre ce recul si nécessaire ;-) ?
Vous voyez, au final, ce n'était pas si difficile !

@Frantztztz : merci pour votre article écho. J'ai actualisé mon article avec un lien vers votre blog.

@Gloria : tu fais partie de la longue liste des chasseurs cueilleurs ;-) Je ne peux que t'approuver, pour moi le plaisir vient de là, mener l'enquête, résoudre les mystères, quel bonheur !

@Sophie : à vrai dire, la réflexion que j'ai faite sur la difficulté que nous pouvons avoir à s'auto-évaluer s'étendait plutôt à toutes les personnes, qu'elles soient généalogistes ou non.
Ceci dit, vous avez raison, dans notre activité, il faut prendre constamment un certain recul notamment face à certaines de nos trouvailles pour ne pas devenir un éboueur (-;.
Eh bien non ce n'était pas si difficile en fin de compte...

Publier un commentaire