lundi 19 novembre 2012

Pourquoi tenir un journal de recherches

photo credit: twenty_questions via photopin cc

 "Par quoi je commence ?". Ne vous-êtes vous jamais posé cette question avant de commencer une recherche, surtout après une pause de plusieurs jours ? "Mais… je l'ai déjà parcouru ce registre !" Vous vous exclamez après avoir péniblement déchiffré 30 pages d'une écriture illisible. Je pourrais continuer ainsi avec autant d'exemples qu'il y a de généalogistes. 

Quelle est la méthode pour ne rien oublier ?  Le journal de recherches; l'outil secret du généalogiste organisé.




Tenir un journal de recherches peut, au premier abord, sembler laborieux et prendre du temps. Gardez à l'esprit que le temps que vous passerez à renseigner votre journal sera du temps économisé dans vos recherches à venir.

Que mettre dans un journal de recherches ? 
Il n'y a pas de réponse. Cela dépendra de votre façon de rechercher et de penser votre généalogie. Vous pouvez choisir d'inclure tous les points ci-dessous (voire plus) ou de n'en sélectionner que quelques uns.

  • Objectif (de la recherche) : que voulez-vous chercher ?
  • Méthode : quels documents prévoyez-vous de consulter ?
  • Date : notez la date de votre recherche
  • Sources : 
    • registres consultés : lieu, année, cote, lien internet si Archives en ligne, vue/nombre total de vues si acte trouvé, 
    • site Internet : nom, titre article, lien
    • livre : titre, auteur, éditeur, année de publication, page
  • Résultat : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez ? avez-vous trouvé d'autres informations ?
  • Certitude de l'information : êtes-vous sur à 100% de votre recherche ? devez-vous faire des recherches complémentaires ?
  • Traité oui/non : avez-vous traité le document ? transcription, saisi dans votre logiciel de généalogie ?
  • Questions complémentaires : le résultat de vos recherches vous a amené à d'autres interrogations, notez les ici.
  • Suite à donner : votre recherche est-elle complète ? avez-vous d'autres registres à consulter ?

Sur quel support tenir votre journal de recherches ?
Encore une fois, cela dépend de vous. Vous pouvez choisir de tenir votre journal avec les supports suivants :
  • Evernote, OneNote
  • Note individu de votre logiciel
  • Fichier texte
  • Cahier
  • Fiches Bristol
  • ….

Je tiens mon journal dans Evernote. 
Dans une fiche ".Résumé" (le point me permet de la garder en tête de liste des notes du carnet de l'individu), je note mon journal de recherches, la ligne de vie puis mes remarques. 
Mon journal de recherches est pré-formaté avec les évènements baptême/naissance, vie militaire, contrat de mariage/mariage, divorce/jugement, décès/testament/inventaire après décès.
J'y note la date de mes recherches, les sources, les résultats, le traitement, la suite à donner.
L'organisation journal de recherches -> ligne de vie me donnant une vue globale, je note les questions complémentaires en troisième partie de cette fiche.


Tenez-vous un journal de recherches ? Qu'y notez-vous  et sur quel support ?


Pour compléter le sujet :
Astuces de généalogistes pour vous organiser, La revue française de généalogie, spécial n°200 juin-juillet 2012, pages 46 et 47.
Généalogie : organiser sa recherche en ligne, La Gazette des ancêtres, mars 2012.

7 commentaires :

Bonsoir sophie

Je suis toujours - encore et toujours - en train de chercher comment organiser mes recherches d'une façon qui me convienne.
J'aime bien l'idée du journal de recherches, j'essaie d'y tendre, mais pour l'instant je n'arrive toujours pas à l'appliquer à ce que je fais. C'est terrible, je crois que je manque d'autodiscipline, ne le dites surtout pas à mes enfants :(

Je suis bien consciente de son utilité, pendant deux semaines j'ai été très loin de mon ordinateur et de mes recherches, et depuis une semaine que je suis revenue, je peine à m'y remettre, j'ai un peu "perdu" le fil.

Bonjour Brigitte,

Quelque soit sa forme, nous nous apercevons rapidement de son utilité. A vous de trouver ce qui vous convient le mieux : notes dans la fiche individu de votre logiciel de généalogie, journal au jour de le jour des recherches, format papier ou word ou application de prises de notes. Les possibilités sont multiples.
N'hésitez pas à me contacter si vous avez besoin de conseil ;-)

Bonjour à tous,

Après de nombreux tâtonnements, j'ai opter pour une méthode qui me parait simple : J'utilise Généanet et un bon vieux porte-vues. Je m'explique.

Pour moi les fonctions fiches imprimables, tableau d'ascendance et liste des ascendants manquants me servent pleinement comme tableau de bord de mes recherches.

cordialement

Cyril

Bonjour Cyril, merci de votre commentaire.

En effet, comme je l'avais écrit dans un article précédent, il faut aussi utiliser les ressources à notre disposition; par exemple la liste des actes à rechercher sera suffisante pour certains, à compléter pour d'autres.

Si cette méthode vous convient, gardez la c'est la bonne. Le principal étant d'être organisé et de savoir où nous en sommes dans nos recherches.

Sophie

Bonsoir

Articles très intéressant, j'utilise depuis 2 mois Evernote également et effectivement ce carnet de notes me permet de savoir ou j'ai cherché ou pas. Vous m'avez également donné de nouvelles idées avec la ligne de vie.

Merci

Bonjour,
Pour ma part,il s'agit de concilier rigueur et souplesse dans les recherches..
Avant d'effectuer une recherche aux AD,je note les références des documents à consulter.
Une fois sur place,je consulte les documents initialement prévus.Et je cultive la curiosité à explorer d'autres fonds d'archives.Ainsi, sous l’appellation Divers dans des archives communales,j'ai eu la surprise d'accéder à une collection de plusieurs dizaines livrets de famille.
Enfin, l'indispensable rigueur dans les recherches devrait s'étendre également aux échanges entre "généalogistes". Je suis irrité par les personnes qui sollicitent un renseignement et qui une fois la réponse obtenue,oublie d'accuser réception.....ou de remercier.
Au plaisir de vous lire au fil des semaines.

Bonjour Philippe,

Le journal de recherche est le coeur de votre préoccupation, et de la mienne, à savoir concilier rigueur et souplesse.
Tenir un journal de recherche demande de la rigueur qui peut faire peur, mais il offre ainsi la liberté de s'arrêter pour passer à une autre recherche et reprendre la recherche initiale sans crainte d'avoir oublié ce que nous avions consulté et où nous nous étions arrêtés.

Concernant les échanges, bien que je vous rejoigne sur ce point, il s'agit d'un autre débat ;-)

Au plaisir de vous retrouver sur le blog.

Sophie

Publier un commentaire